7- Habiller les Pieds

Habiller les Pieds.
Bonjour aux élèves, bonjour aux invitées,
Je vais m’adresser à vous comme je m’adresse à mes élèves, d’ailleurs ces textes sont écrits surtout pour eux. Plusieurs de ces élèves sont des partenaires d’entrainement depuis plus de quinze ou vingt ans. Tous ces textes abordent des sujets qui sont discutés dans le cadre des cours. La plupart des élèves sont déjà familiers avec les contenus. Alors les textes sont des aide-mémoires auxquels les élèves peuvent se référer à tête reposée en dehors des cours. Il faut dire que nos cours ne sont pas toujours de tout repos. Il n’est pas nécessaire de tout comprendre. Ce sont tous de petits morceaux d’un casse-tête qui à la longue finiront par former une image. La pratique est la table qui va servir de support à toute l’aventure. Le but de ces articles est de stimuler la réflexion, d’enrichir notre pratique, d’explorer notre essence, de se faire du bien, de se bien connaitre, de se bien comprendre. Je prends l’entière responsabilité pour toutes les erreurs de traduction, de compréhension, d’interprétation ou de référencement que l’on pourrait retrouver dans les textes. Je vous prie aussi d’excuser mes trop nombreuses fautes de français. La plupart des entrées sont des sujets de réflexion et non de discussions. L’essentiel demeure la pratique. La compréhension vient avec le temps et la pratique.

 

 

Habiller les Pieds

Habiller les Pieds.

Les pieds sont la base sur laquelle porte tout le poids du corps. Dans un pied on retrouve 26 os, 16 articulations, 107 ligaments et 20 muscles. Les deux pieds ensemble comte 52 os, soit un quart de tous les os du corps. L’attention que nous portons au travail des pieds va nous permettre de nous améliorer et de progresser dans notre pratique ou au contraire va faire que notre pratique stagne et qu’avec les années notre base se rigidifie, s’affaiblit et se détériore entrainant dans son sillage notre qualité de vie. Pour s’en convaincre, on n’a qu’à observer les déplacements chez les personnes plus âgées. Certains ont conservé une certaine jeunesse, d’autres ont vieilli. Cela se voit beaucoup dans la démarche, dans le degré de mobilité dans les genoux, dans les chevilles et dans les pieds. Une base corporelle stable contribue à la stabilité de l’ensemble des processus biologiques et biochimiques ainsi qu’à la stabilité des états émotionnels et mentales. Plus les pieds et les chevilles sont souples et libres dans leurs mouvements, plus ils sont efficaces et meilleures seront notre santé et notre qualité de vie.

Dans les pieds comme ans les mains il y a trois méridiens yin et trois méridiens yang. Contrairement aux mains qui sont relativement stables (Bouche du Tigre), les pieds et les chevilles sont constamment en mouvement. À chaque pas le pied roule et se déroule, à chaque pas la cheville passe d’extension a flexion. Idéalement chaque mouvement est complet. Juste avant que le pied quitter le sol, la cheville est en pleine extension, les orteils point la terre, la plante du pied est perpendiculaire au sol, la jambe a complété son extension et le genou est tombé, la jambe est vide.
Juste avant que le talon touche le sol, la jambe est complètement déployée, la cheville est complètement fléchie et les orteils pointent le ciel. À chaque pas, après que le talon ait touché le sol, c’est le pied, qui en se posant, appelle le corps, qui initie le transfert du centre de gravité. À chaque transition, c’est la rotation de la taille qui appelle le pied, qui amène le bout du gros orteil à quitter le sol. Tout cela requiert que les pieds soient très souples et libres de leurs mouvements. Tout cela requiert que le pied et la jambe qui est pleine soient très stables. Si c’est le cas, alors on peut prendre tout notre temps, on peut faire ce que l’on veut, on peut changer à notre guise.

Pour habiller les pieds pour la pratique, je conseille aux élèves les souliers dits « de Gongfu » souvent aussi appeler « souliers chinois ». Traditionnellement, ce sont ces souliers en tissu noirs avec semelle blanche qui était portée pour la pratique des arts martiaux en Chine. Faits entièrement de coton, ils sont très souples. Ils sont habituellement assez étroits ce qui permet de « serrer » un peu le pied tout en permettant des mouvements complets. Alors, lorsqu’on les essaie, s’intéresser plus à la longueur que la largeur. La largeur s’ajustera d’elle-même.

Leur semelle en coton (environ 3/8 de pouce d’épaisseur) est de construction assez particulière. Elle est composée de plusieurs couches de tissue de couleur différente. Lorsqu’elle s’use, et elle s’use assez rapidement si nous pratiquons beaucoup, il devient assez facile de « lire la semelle », de voir où sont les points de contact entre le pied et le sol, de se rendre compte comment le pied porte sur le sol. L’évolution dans le temps de ce « contact au sol » est un des paramètres qui nous permettra de constater notre progression.

Autre avantage ; en peu de temps, la sueur aidant, le coton se compactera et la plante du pied formera une empreinte dans la semelle. Cette empreinte agira un peu à la manière d’une orthèse qui à la longue aidera à ajuster et améliorer notre posture. Cette orthèse sera mise à jour à chaque nouvelle pair.

Si les chevilles sont un peu faibles, on est mieux de pratiquer avec des postures  plus hautes et des pas plus courts que de tenter de les protéger avec des souliers plus rigides qui « supportent le pied », mais qui limiteront les mouvements. En permettant des mouvements justes et complet, avec le temps, la patience et la prudence, on devrait noter un renforcement de la structure des pieds des chevilles, des genoux et des hanches. Règle générale, pour ce qui est d’habiller les pieds au quotidien, un soulier à semelle souple qui permet beaucoup de mouvement dans le pied est préférable. Même dans les marques haut de gamme, les semelles tendent à être plutôt rigides. Garder à l’esprit que la mode n’est pas toujours bonne conseillère.

Si on pratique sur des surfaces très lisses et que l’on trouve les semelles trop glissant lorsqu’ils sont neuf, on peut humecter légèrement la semelle. Déjà à la deuxième ou troisième séance le problème devrait être corrigé.

Pour le transport, éviter les sacs de plastique. Optez plutôt pour un sac de papier ou de tissu qui leur permettra de respirer et de sécher complètement entre les séances d’entrainement.

Ce que je déconseille fortement ; les souliers avec semelles en gel ou avec coussins d’air. Nous n’avons pas besoin de protection contre les chocs, nous avons besoin d’une surface très stable qui permet de rester assez longtemps en équilibre avec le poids du corps sur une jambe, sur un pied. Se méfier aussi des souliers sport qui sont très retroussés à l’avant ou qui ont un talon qui dépasse beaucoup à l’arrière. Même au niveau de la course professionnelle on va de plus en plus vers le soulier minimaliste voir même la course à pied nu plus tôt que le high-tech.

 

Les méridiens des pieds :

Méridiens yin:
– rate pancréas
– rein
– foi

Méridiens yang :
– vésicule biliaire
– estomac
– vessie

Pour en savoir plus sur les méridiens :  http://taoetspiritualite.fr/les-meridiens

 

À suivre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *